[Chronique] Lune noire – Anthony Neil Smith

Lune noire d’Anthony Neil Smith, c’est… noir et bien frappé dans un roman brutal et frôlant l’illégalité.

Lune noire, Anthony Neil Smith

* * *

Résumé – Sonatine Éditions
21.03.2019 – 304 pages
Une vision toute particulière de la justice et de la morale a valu à Billy Lafitte d’être viré de la police du Mississippi. Il végète aujourd’hui comme shérif adjoint dans les plaines sibériennes du Minnesota, avec l’alcool et les filles du coin pour lui tenir compagnie, les laboratoires clandestins de meth pour occuper ses journées. Si Billy franchit toutes les lignes, on peut néanmoins lui reconnaître une chose : il a un grand cœur. Ainsi, lorsqu’une amie lui demande de tirer d’affaire son fiancé, impliqué dans une sale affaire de drogue, c’est bien volontiers qu’il accepte.
Quelques jours plus tard, Billy est arrêté par le FBI, enfermé dans une cellule au milieu de nulle part, et sommé de s’expliquer sur tous ces cadavres qui se sont soudain accumulés autour de lui.

Quand Billy met les pieds dans le plat, il ne le fait pas à moitié !

A peine commençons-nous qu’on comprend que Billy est dans un sacré merdier. Quel jour est-il ? Quelle heure est-il, d’ailleurs ? On ne sait pas grand chose et pour comprendre, il va falloir faire un petit flash-back de trois semaines. Lune Noire d’Anthony Neil Smith.

Billy Lafitte est le genre de policier qui jongle avec l’illégalité. Cependant, il sait quand rendre justice. Mais le voilà dans de beaux draps : des tas de cadavres sur son passage et ils font de lui le parfait coupable. On frôle sans cesse l’illégalité et on se sent presque comme un voyou, car on sait que ce n’est correct. Mais on ne s’arrête pas pour autant de suivre Billy. L’ambiance lourde, pesante, noire et déprimante s’installe rapidement et ne nous relâche plus. Ce qui ne fait que renforcer le côté noir et difficile de ce roman. Billy n’est pas un mauvais gars, on le sait, on le comprend. Quand une amie vient lui demander son aide, il va se plier en quatre pour lui donner un coup de main et tenter de résoudre cette affaire. Le problème de Billy ? C’est un magouilleur qui n’a pas froid aux yeux. Cependant, peu importe le nombre de bobards ou de tour de magie, on fini toujours par se faire rattraper.

Lune noire d’Anthony Neil Smith c’est un mélange détonnant et un style d’écriture indiscutable.

Évidemment, frôler sans cesse l’illégalité pourrait nous faire voir Billy d’un mauvais œil. Pourtant, on va ressentir de l’empathie pour ce personnage tandis que l’action va se mettre en place assez rapidement. Le rythme est présente et nous emporte dans les travers de Billy – qui démontre plus d’une fois qu’il n’a pas un mauvais fond. La violence est une partie intégrante à l’histoire, mais s’accorde parfaitement à l’atmosphère instaurée par Anthony Neil Smith.

Comme dit plus haut, Billy est un personnage charismatique. L’histoire est écrite de son point de vue et permet, ainsi, une plongée totale aux côtés de cet homme. Le style d’écriture est brutale avec sa touche d’humour noir. En effet, Billy ne va pas se cacher derrière de jolies phrases ou se caresser dans le sens du poil. Au contraire…

* * *

En bref, Lune noire d’Anthony Neil Smith est ce genre de roman qui sort de l’ordinaire. L’ambiance noire et pensante s’accorde parfaitement à l’histoire. Tous les personnages ont un but, un intérêt et surtout une intrigue qui va jusqu’au bout et ne relâche pas notre attention.

5/5

Tu pourrais aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *