[Chronique] L’Appel de l’Ancien Monde, Tome 1 : La chute de l’ange – Marie Mancassola

La chute de l’ange est le premier tome de la série « L’Appel de l’Ancien Monde » de Maria Mancassola paru le 26 novembre 2018. Pouvoir et magie règnent en maître sur Solaria, pourtant les Guerriers de l’Ombre menancent de déclencher une nouvelle guerre opposant les Gardiens de la Paix. Qui triomphera ?

* * *

Résumé : Le pouvoir et la magie règnent en maître sur Solaria, mais la paix est fragile et les Guerriers de l’Ombre et les Gardiens de la Paix menacent à nouveau de se livrer une guerre sans merci. Au milieu de tout cela, Sara, la plus puissante de sa génération, doit trouver sa place, choisir à quel camp elle prêtera allégeance.
Alors que la guerre éclate, le passé de la jeune fille, ainsi que son héritage familial, refont surface, semant irrémédiablement le doute dans son esprit. Le monde a les yeux tournés vers Sara et la prophétie qui la concerne tandis que son propre regard se perd déjà dans les abîmes du passé, le sien et celui de son monde. Son choix scellera le destin de son peuple. 

Mais n’oubliez jamais : aucune prophétie ne peut empêcher un ange condamné de sombrer à jamais.

Un univers riche et une intrigue aux multiples directions.

L’Appel de l’Ancien Monde… Qu’est-ce que ça veut dire ? C’est la première question qui m’est venue en tête quand j’ai débuté ma lecture. Et je n’ai pas eu la réponse dès les premières pages, mais cela m’aura permis d’entretenir le mystère. La chute d’un ange ? Mais lequel ? Et pourquoi ? Nous aurons rapidement les réponses, mais le « pourquoi » restera entier pendant un moment.
Ainsi, nous avons le temps de découvrir Sara. La plus puissante de sa génération, elle tente encore de trouver sa place et surtout doute de son camp. J’ai particulièrement aimé le fait que Sara connaisse ses pouvoirs. S’il lui arrive d’être surprise par ses capacités, ça ne fait que la motiver davantage pour continuer de s’entraîner et devenir meilleure. Parce que c’est ce qu’elle veut : devenir la meilleure.

Les autres personnages ont une place toute désignée également. Chacun est attachant à sa manière – qu’ils soient du côté des « gentils » ou de celui des « méchants ». Mais ce qui m’a le plus séduite reste l’univers et les descriptions. La description de lieu est un défi à lui seul, mais Marie Mancassola s’en sort très bien. Notamment celle faite du Temple. On s’y projette et on en vient à vouloir en être, simplement pour le voir en vrai, toucher les pierres ou ressentir les années passées.
Quant à l’univers, difficile d’en parler sans révéler l’histoire. Nous sommes au milieu d’un monde où la magie règne et où les Gardiens de la Paix tente de maintenir cette paix, justement, en affrontant les Guerriers de l’Ombre. La base est intouchable : le Bien et le Mal. Un choix efficace et qui fait son effet tout au long de l’histoire. Les rebondissements sont nombreux, mais viennent ajouter plus de matière à l’histoire et une complexité supplémentaire.

Une écriture trop en douceur et un léger manque de rythme…

Pas de doute sur le fait que l’histoire est très intéressante comme dit plus haut. Cependant, j’ai trouvé l’écriture un peu trop sage par rapport à l’histoire. Si les scènes d’action sont excellentes – et c’est là que toute la beauté du style de Marie Mancassola se révèle – sur le reste, c’était trop doux. De même pour les surnoms qui reviennent très régulièrement. Ce manque de rage et puissance, cette force sauvage et cette brutalité de deux opinions opposées qu’on ne retrouve pas. C’était mignon et sans trop de secousses, or avec de bonnes secousses cela aurait été un carton plein. De plus, on perd souvent le rythme dû aux nombreuses interventions de personnages. Ce sont mes deux seuls reproches et encore peut-on vraiment les considérer comme tels ?

Enfin, j’ajoute un mot sur la couverture… On comprend aisément qu’il s’agit de Sara, l’héroïne de l’histoire. La couverture est efficace, mais un peu trop classique. Elle est de ces couvertures oubliables et c’est dommage, car l’histoire, elle, est tout le contraire.

* * *

En bref, le premier tome de L’Appel de l’Ancien Monde est une entrée aux côtés des Guerriers de l’Ombre et des Gardiens de la Paix cachant de nombreux secrets. C’est un roman qui jongle entre le Bien et le Mal et la frontière pourrait presque en devenir floue à certains moments. Des personnages aux dons différents et intéressants. Le mystère reste entier sur la suite, mais une chose est sûre : je l’achèterai. En fin de compte, je pense que ce tome est une grande ouverture sur une suite plus que prometteuse.
Et sinon… Vous êtes de quel camp ? Les Gardiens de la Paix ou les Guerriers de l’Ombre ?

     L’Appel de l’Ancien Monde, Tome 1 : La chute de l’ange     
Parution : 26.11.2018 (481 pages)   |   Éditeur : Librinova (AE)
Prix numérique : 3.99€   |   Prix broché : 18.90€

Tu pourrais aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *